• Imaginé en commun avec Fabrice Baracand (1969 - 2015) : "Re-vox Populi!" n°231 et dernière 19 mars 2015

     

    Alain KAN (Paris) E.P. Live ("forgottensongs blogspot") Les blouses blanches

    Un disparu (d'une autre manière) que m'avait fait découvrir Fabrice dont la culture quasi-encyclopédique n'intégrait pas encore ce tout récent « post » mais nul doute qu'il aurait aussitôt partagé avec nous cette version à vif d'une chanson de Piaf.

     

    Pour cet ultime sujet, ma main orpheline a reçu l'aide précieuse du blog dkandroughmix forgottensongs

    que je ne saurai trop vous recommander.

                              Alain

    Evocation de notre « guide spirituel » :

    Kim FOWLEY

    décédé le 15 janvier  à travers ses interprétations

    Andy Zax, an LA music producer tweeted perfectly, "Kim Fowley was an anti-hero, a super-villain, a genius and the greatest talent scout/opportunist in the history of the music business."
    single (Corby) '65 The trip

     

     « The Trip » is not only way ahead of the curve when it comes to referencing LSD in pop, it’s a kind of sneering, contemptuous assault on the values of the nascent hippy movement.

     

    single (Reprise) '67 Strangers from the sky

    A Zappa-esque curio speculating on extraterrestrial life. Produced by Michael Lloyd. B-side of ‘Don’t Be Cruel,’ which featured backing tracks by members from Fleetwood Mac.

     

    Various artists

    « High in the Mid-Sixties – Los Angeles vol.3 »

    (AIP) '83

    The canyon people Reportage sur les bienfaits d'une vie en pleine nature pour les « Flower people ». Bien que Fowley ait contribué en '68 à un excellent simple des SEEDS, il restera à jamais fâché avec leur leader Sky Saxon.

    « Outrageous » 

    bonus CD

    Outrageous radio ad  

    « Outrageous »

    (Imperial) '68

    Inner space discovery

    Son seul LP à avoir intégré le Billboard 200, « Outrageous » est une apologie du rock'n'roll. Kim Fowley dépasse les limites dans tous les domaines. Son rock'n'roll, le rock'n'roll, y est sale et délabré.

     

    « Good clean fun »

    (Imperial) '69

    Kangaroo

    Bizarre mixture of comedy and rock music inspired by Fowley's brief association with the Mothers of Invention. Fowley called in a diverse bunch of friends to help on the record including the Byrds' Skip Battin, a young Warren Zevon (whom Battin was producing at the time), and a couple of passing Bonzos, Neil Innes and Viv Stanshall.

     

    « I'm bad »

    (Capitol) '72

    I'm bad

    Here's Fowley perfecting his wild, crazed, rock 'n' roll outlaw persona, at times invaded by the spirit of Captain Beefheart. He gathered a mighty fine set of musicians for the band, including Mars Bonfire (Steppenwolf) on guitar.

     

    « International heroes » (Capitol) '73 I hate you

    This is what everyone calls the "glam" or "glitter" LP of Kim Fowley. It's true that once in London, he certainly was influenced by the climax of the year (actually 1972) which was all for Bolan & Bowie. Since these 2 glam stars were an adaptation of Dylan, it's no surprise this album is what Kim Fowley tried to do with Dylan to produce his own glam identity.

     

    « Animal God of the streets » (Skydog) '74 Night of the hunter

    Included are 3 songs recorded in Sweden ('70), previously on his « The day the earth stood still » (Scandanivian-only release). More « Beefheart meets the Velvet in a garageland » that true Kim.

     

    « Sunset Boulevard »

    (Illegal) '78

    Blow up Regroupe le fruit de sessions s'échelonnant sur 3 années, de Londres à Hambourg pour se terminer à Los Angeles. Menu for disparate, parfois totalement dispensable mais …

    K. F. & Ben Vaughn

    « Kings of Saturday night » (Sector 2) '95

    Livin' on the edge of the underworld Album du retour après 15 ans d'absence. Collaboration à distance entre les musiques de Ben et le chant du « Lord of the garbage »
    « Fantasy world » (Shoeshine) '03 Captured by the darkness Collaboration with Francis MacDonald, the drummer of Teenage Fan Club and member of BMX Bandits, who plays and arranged everything on the album, Kim doing the lyrics and the voice.
    « The Madhouse Tour Live – Nantes printemps 2012 » forgottensongs blogspot Captain Beefheart is dead Accompagné de musiciens locaux ainsi que par JPG (actuellement leader des PEELS) et son backing-band féminin, Mr Fowley en improvisation
      La 19ème marche du psychédélisme selon l'article paru dans le fanzine Toulousain « NINETEEN » à l'automne 1985 : le volume « The 49 minute technicolor dream » de la série « Rubble » sorti par Bam Caruso  

    KALEIDOSCOPE

    (West London)

    single (Fontana) '67

    Flight from Ashiya

     

    L'histoire du pilote d'un avion sur le point de se crasher. Leur début avant le premier de leurs albums qu'ils intituleront "Tangerine dream" (1967).

    JASON CREST

    (Turnbridge Wells, England)

    single (Philips) '69

    Black mass

    Le dernier d'une poignée de simples parus en moins de 3 ans. Nous sommes loin du psychédélisme à forte teneur pop qui caractérisait leurs premiers efforts.

     

      Epitaphe

    Tel qu'anticipé en commun avec Fabrice Baracand (1969 - 2015) : "Re-vox Populi!" n°231 et dernière 19 mars 2015

    Kim FOWLEY

    « Born to be wild » (Imperial) '68

    Born to be wild

     

    Album composé de versions instrumentales de hits de l'époque (« Hello, I love you »...). Habitué de la maison d'accueil imaginée par Fowley pour les musiciens en déshérence, Mars Bonfire lui apportera son rageur jeu de guitare, notamment sur « Outrageous » puis « I'm bad ».

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :